Dernières publications

Maersk Émet 750 Millions de Dollars d’Obligations Vertes

A.P. Moller-Maersk A/S, a récemment émis des obligations vertes libellées en dollars pour un montant de 750 millions de dollars, marquant ainsi sa première incursion sur ce marché, malgré les pressions politiques en cours.

Basée à Copenhague, l’entreprise a émis des obligations d’une durée de 10 ans, avec un rendement de 1,65 point de pourcentage au-dessus des taux des bons du Trésor, après des négociations initiales autour de 1,9 point de pourcentage. Ces obligations seront destinées au financement ou au refinancement d’actifs “verts”, englobant des immobilisations, des dépenses en capital, des opérations courantes, et même des acquisitions d’entreprises générant au moins 90% de leurs revenus grâce à des activités respectueuses de l’environnement, telles que le transport durable et les constructions écologiques.

Maersk a choisi de ne pas faire de commentaire à ce sujet.

Cependant, les écarts de rendement de l’entreprise, c’est-à-dire la prime supplémentaire par rapport aux bons du Trésor américain, pourraient subir une certaine pression, en raison d’une demande modérée pour les services de transport de conteneurs, dans un contexte de revenus en baisse et d’incertitudes économiques. C’est ce qu’a noté Stéphane Kovatchev, analyste crédit chez Bloomberg Intelligence, dans une note récente.

“La nouvelle émission d’obligations vertes de Maersk fait face à des incertitudes dans l’industrie”, a déclaré l’analyste. “Cependant, la position nette de l’entreprise en termes d’endettement et l’engagement de sa direction à maintenir une notation investment grade demeurent des éléments clés de sa stabilité financière à court terme.”

Cette émission d’obligations vertes fait suite à la première émission de Maersk en novembre 2021, qui avait permis de lever 500 millions d’euros (537 millions de dollars) pour financer l’acquisition prévue de huit navires fonctionnant au méthanol.

La pression pour décarboner le secteur du transport maritime, traditionnellement fortement dépendant du fioul lourd à haute teneur en carbone, s’intensifie, bien qu’elle ait encore un long chemin à parcourir, selon les analystes de BloombergNEF. Les entreprises de transport de conteneurs, dont Maersk, se tournent de plus en plus vers des navires alimentés au méthanol, indiquant que le méthanol vert est leur choix privilégié en tant que carburant à faible émission de carbone, comme l’ont souligné les analystes dans une note récente.

“Tout le monde s’engage dans la transition alors que le secteur cherche un carburant plus propre”, ont écrit les analystes.

L’émission d’obligations de Maersk va tester la demande des investisseurs aux États-Unis, où les émissions d’obligations durables ont été affectées par des réactions politiques contre les investissements liés aux objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les gestionnaires de fonds sont de plus en plus prudents envers les instruments de financement liés aux critères ESG, de crainte que les entreprises ne surestiment les avantages des obligations vertes.

En conséquence, les entreprises émettent moins d’obligations vertes libellées en dollars. Entre 2023 et le 11 septembre, les entreprises ont levé environ 32 milliards de dollars en obligations ESG libellées en dollars, soit une diminution de 53% par rapport à la même période de l’année précédente, selon les données de Bloomberg.

Maersk s’efforce d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2040, soit dix ans plus tôt que son objectif initial de 2050, comme annoncé en janvier 2022. Ses objectifs pour 2030 incluent une réduction de moitié des émissions par conteneur transporté par la flotte Maersk Ocean, ainsi qu’une réduction de 70% des émissions absolues des terminaux qu’elle contrôle intégralement, selon le communiqué de l’entreprise.

La vente d’obligations est gérée par Barclays Plc, Citigroup Inc., HSBC Holdings Plc, JPMorgan Chase & Co. et Morgan Stanley, selon la source anonyme.